1

 Les semaines défilaient tranquillement sur le domaine des Lossë et les derniers jours d'automne étaient enfin arrivés. Elora s'occupait de sa petite Maïween. La petite fille avait rapidement fait ses nuits mais se réveillait souvent aux alentours de huit heures, ce qui ne laissait pas beaucoup d'heures de sommeil à la maman qui se couchait bien souvent aux aurores. Mais, jamais elle ne se plaignait de ses nuits trop courtes, jamais. Un sourire ornait toujours ses lèvres, et elle semblait toujours de bonne humeur depuis que sa jumelle avait rejoint la maisonnée avec son neveu.

2

 Elena portait le petit Romain dans ses bras. Le petit garçon de bientôt deux ans, riait aux éclats dans les bras de sa mère qui le faisait patienter le temps que son papa finisse de préparer son petit déjeuner. 

- Je vais te manger ! s'exclama la jeune femme en enfouissant son visage dans le cou du bambin et le parcourant de baiser, ce qui ne manquait pas de faire rire ce dernier aux éclats.

3

 Au petit matin Yumi, pour sa part, allait s'occuper de son jardin, elle avait considérablement réduit la taille de ce dernier avec le changement de terrain mais cela lui convenait. Elle n'avait plus la vigueur de ses vingts ans et le challenge touchait bientôt à sa fin. Après tout, son fils ne serait pas forcément obligé de rester toute sa vie à Hidden Springs, elle n'en n'avait pas spécialement parlé avec ce dernier mais malgré tout l'amour que lui portaient ses enfants, elle savait que s'ils n'étaient plus tenus par des règles de challenges ils iraient sûrement vivre ailleurs, dans d'autres villes. Ses grands-parents avaient au départ habité une autre ville, et avait eu une dérogation exprès pour pouvoir en changer, de même ses propres parents avaient eu le droit de changer de terrain à partir du moment où ils restaient dans la même ville. Elle avait donc à son tour suivit son fils qui ne se sentant pas d'entretenir un terrain si grand, avait demandé l'autorisation de déménager sur un terrain plus petit. Elle s'occupa donc de son jardin qui subissait les premières gelées, annonçant l'arrivée prochaine de l'hiver, tout en repensant au chemin parcouru par ses ancêtres.

4

 Alors que certains pensent au passé, d'autres.... se laisse guider par leurs sentiments. 

Sarah depuis son anniversaire côtoyait régulièrement Cerise, la meilleure amie de sa belle soeur et.... elle s'était vu développer à son égard... de nombreux sentiments ! Au début elle ne les comprenait pas et était donc anxieuse, mais petit à petit en se rapprochant de la jeune femme... Elle s'était rendue compte que cette dernière  n'avait pas l'air insensible à ses charmes !

C'est le coeur battant que la jeune brune lui avait donc donné rendez-vous dans le parc central de la ville. 

- Cerise... murmura-t-elle en la voyant arriver.

- Hey Sarah ! dit la blonde en lui donnant une bise, tout va bien ? demanda-t-elle inquiète de voir la jeune femme si anxieuse.

- Je... Oui, enfin... il y a quelque chose que j'aimerais te dire... dit brunette en se tordant les mains.

Cerise ne supportant pas de voir la jeune femme si anxieuse lui prit tendrement les mains.

- Sarah..., tu peux tout me dire tu sais, dit la blonde en la regardant avec une infinie douceur.

- Je... Je sais, murmura la brune. Elle se perdit dans son regard, sa déclaration qu'elle avait si longuement répétée n'étant plus que poussière dans son esprit. Elle ne pouvait détacher ses yeux de la jeune femme et plus  particulièrement des lèvres de la belle blonde. Elle était pulpeuse, si attirante... Et sans savoir ce qu'elle faisait, elle l'embrassa. A pleine bouche goûtant pour la première fois les lèvres d'une fille. D'une fille qui avait les lèvres du même goût que son prénom...

Cerise regarda Sarah, éberluée. Alors comme ça, elle l'aimait ? Elle l'aimait plus qu'une simple amie ? Son coeur tambourinait dans sa poitrine le bruit résonnant dans ses oreilles. Elle était surprise et mit plusieurs secondes avant d'esquisser le moindre geste...

5

 Puis ne suivant que son coeur alors que la jeune Sarah essayait de se reprendre en voyant que son amie ne réagissait pas, Cerise l'attira contre elle, lui rendant un baiser passionné. Prises dans le feu de l'action les deux jeunes filles n'arrêtèrent pas de s'embrasser. Profitant de chacune, comme si elles ne pouvaient plus avoir une seule pensée cohérente, elles se laissaient aller à ce besoin impétueux d'embrasser l'autre comme si leurs vies en dépendaient.

6

 A la maison, Ludovic recevait un appel alors qu'il rentrait du jardin. Intrigué, il répondit.

- Ludovic Lossë à l'appareil j'écoute.

- Lu...Ludovic ? dit une voix qu'il ne connaissait que trop bien.

- Amandine ? dit-il surpris d'entendre la voix de la compagne de Merlin, que puis-je pour vous ?

- Je... J'aurais aimé que nous nous retrouvions, tous les deux pour manger un bout ou aller au cinéma.

Ludovic se figea. Avait-il bien entendu ? Est-ce que la belle-mère de sa femme était en train de lui demander un rendez-vous ?

- Je vous demande pardon ? dit-il aux bord de la nausée rien qu'à l'idée que se soit vrai.

- Vous me plaisez Ludovic et je voudrais que nous nous retrouvions, finit-elle par dire après quelques secondes de silence.

- Madame ! Je suis marié, dit-il assitant bien sur ce dernier mot, tout comme vous et je ne pense pas que votre mari apprécirait que vous fassiez des propositions indécentes à son gendre. Au revoir ! lâcha-t-il passablement en colère. Comment une femme d'un âge aussi avancé que celui d'Amandine pouvait donc s'intéresser à lui ? Elle avait assisté à son mariage, avait applaudi, avait été la première à les féliciter pour leur fille et voilà qu'elle le draguait ? Cela ne lui disait rien qui vaille pensa-t-il tout en faisant les cent pas devant la cheminée. Sans s'en rendre compte, il était rentré à l'intérieur dans la chaleur de la maison. Chaleur qui faillit lui être fatale sans l'intervention de sa belle-soeur. En effet, perturbé par ce qui venait de ce passer, le jeune homme n'avait pas fait attention que sa peau de sirène qu'il avait hérité de sa mère s'asséchait dangereusement. Il était trop tard lorsqu'il s'était sentit tomber comme une pierre devant la cheminée. 

- Ludo ! Sois prudent ! Lui dit Elena inquiète, qu'est-ce qui se passe ? Cela ne te ressemble pas, dit la jumelle de sa femme.

- Rien, rien un coup de fils plus que déplaisant, dit le jeune homme ne voulant inquiété la jeune femme. 

- Hmm, lâcha celle-ci peu convaincue.

7

 Du côté de Sarah et Cerise, les deux jeunes femmes se mettaient officiellement ensemble, puis la jeune Sarah invita sa petite amie à venir à la maison pour l'annoncer à sa famille. Elle ne voulait rien leur cacher et surtout pas son orientation sexuelle ! Cerise accepta sans se poser de questions. Sa meilleur amie savait déjà tout de ses goûts en matières amoureuses, cela ne la surprendrait donc pas et elle avait appri à vivre en paria parmis sa famille depuis son adolescence. Peu lui important le regard des autres. Elle espérait juste que pour le bien de Sarah, sa famille serait ouverte d'esprit. 

8

 Et sa famille se montra très ouverte. La mère de Sarah eut un grand sourire en apprenant que sa fille avait finalement trouvé quelqu'un et cela ne la choqua pas le moins du monde, elle souhaita aux deux jeunes filles beaucoup de bonheur avant d'entendre Maïwenn pleurer et d'aller s'en occuper un sourire sincère sur les lèvres.

- Tu crois vraiment qu'elle n'est pas déçue ? demanda la blonde à sa meilleure amie. 

- Oui, certaine. Elle s'inquiétait pour Sarah tu sais, et je pense que savoir qu'elle est avec toi la rassure plus qu'autre chose. En tout les cas je suis très contente pour toi !

- Elora ? demanda Elena en arrivant près d'elle.

- Oui Elena ? 

- Est-ce que tu veux bien t'occuper de Romain ce soir ? Avec Anthony, nous sortons ce soir et je...

- Pas de problème soeurette, vas-y. 

- Merci !

9

 La soirée se termina joyeusement. Cerise resta manger avec les Lossë avant de reprendre le chemin de sa maison. Elena et Yumi couchèrent les plus jeunes de la maison avant d'aller à leurs occupations.

10

 Avant d'aller se coucher, Elena lança une machine. Lorsque sa soeur rentra de leur soirée avec Anthony, elle eut la même idée et voyant que la machine avait déjà tourné et mit les vêtements dans le sèche linge avant d'aller dormir à son tour.

11

 Durant la nuit, les enfants reçurent la visite de leur grand-père paternel. Ulirch regarda longuement dormir le petit Romain en souriant puis il vit que la petite Maïwenn avait les yeux grands ouverts. Il la prit donc dans ses bras, et cela lui rappella maints souvenirs. Il n'avait que si peu vu ses enfants grandir ! Ils n'étaient encore que des bambins et Sarah était si petite ! A peine plus grande que Maiwenn, lorsqu'il était parti. Il berça la petite fille qui fit un sourire magnifique à son grand-père tout en s'endormant. 

12

 Ulrich avait passé la nuit avec les plus jeunes de la maisonnée, et au petit matin, il déposa Maiwenn près de son oncle et sa tante qui ne le virent même pas passer tant ils étaient occupés à lire ou s'entrainer.

13

 Il eut un dernier regard pour Romain qui dormait profondément avant de s'evaporer dans un nuage de fumée. Le bambin bougea dans son sommeil sans pour autant s'éveiller. 

14

 - Oh, merci frangin de t'être occupé de Maiwenn, dit Ludovic à son frère en s'asseyant un livre de recette dans les mains.

- Hmm, de rien, dit ce dernier. Il se demanda comment la petite fille avait bien pu arrivé ici, puis se dit qu'Elena l'avait sûrement ramenée en l'entendant s'éveiller. Il ne s'en inquiéta pas plus que cela la petite fille dormant toujours profondément sur son cosi. 

15

 Dnas une autre pièce de la maison, Elena et Sarah disputaient une partie d'échec. Les deux femmes affectionnaient particulièrement ce jeu et adoraient disputer des parties l'une contre l'autre.

16

 Dans la salle à manger, Elora s'occupa des enfants, elle surveillait à la fois Maïwenn et le petit Romain qui marchait avec son trotteur.

17

 Aux alentours de midi, elle donna à manger aux enfants. Le petit Romain non content de savoir maintenant correctement marcher avait très faim et l'avait bien fait comprendre à sa tante qui l'avait installé en riant sur sa chaise. Pendant que le petit garçon mangeait, elle s'était occupée de sa fille avec tendresse.

18

 L'heure de la sieste avait sonné, mais le petit Romain en avait décidé autrement. Ne voulant pas dormir, il regardait avec curiosité sa cousine dormir. Sans faire de bruit, comme s'il avait comprit que le moindre cri pouvait réveiller la petit endormie. C'est ainsi que le découvrit son papa lorsqu'il entra dans la chambre.

- Et bah Romain, qu'est-ce que tu me fais ? demanda Anthony d'une voix douce.

- Chuuut, dit le petit garçon en mettant son doigt devant sa bouche, Mawenn dodo... dit-il de sa petite voix.

19

Anthony lui sourit et lui proposa de jouer tranquillement avec lui. Le petit garçon accepta trop heureux de pouvoir jouer avec quelqu'un. Surtout si ce quelqu'un était son papa d'ailleurs ! 

20

 Le soir tombait doucement et Elora avait décidé de préparer quelques douceurs pour le dessert. Elle espérait que tout le monde aimerait le roulé qu'elle préparait. Et n'en doutait pas lorsque son mari qui avait senti l'odeur du gâteau dans le four la rejoignit en l'embrassant dans le cou et lui demandant ce qui sentait si bon dans la maison. Elle rit doucement avant de l'embrasser l'invitant à passer à table pour le découvrir.

21

 Maïwenn à nouveau couchée, Anthony s'occupa de mettre son fils sur le pot et de le coucher avant d'aller lui même se doucher.

22

 Elora épuisée, s'endormait à poings fermés tandis que son époux s'était installé dans le bureau pour continuer de lire un peu sans la déranger.

23

 Alors qu'Anthony allait se servir un verre d'eau, sa compagne le rejoignit dans une tenue des plus.... tentatrice. Oubliant momentanément qu'il avait soif, Elena lui sussurant à l'oreille qu'une douche sensuelle lui donnait l'eau à la bouche... le couple profita que tous dans la maison soient endormis pour s'offrir une douche des plus coquines avant d'aller dormir.